Aller au contenu

Logement : une aide de 150 euros aux saisonniers du secteur agricole

L’aide aux saisonniers agricoles mobilisés pendant la crise sanitaire

Cette aide de 150 €, mensuelle pendant une durée maximum de 4 mois est destinée aux salariés des entreprises du secteur agricole. Ceux-ci peuvent en bénéficier :

  • quelles que soient l’ancienneté, la durée et la nature de leur contrat de travail ;
  • s’ils exercent une activité saisonnière ;
  • et quel que soit l’effectif de l’entreprise qui les emploie.

Le dispositif concerne :

  • les locataires du parc privé, social et intermédiaire ;
  • les locataires de résidence collective d’hébergement (hors Crous) ;
  • les locataires d’une chambre d’hôte, d’un gîte, d’une chambre chez l’habitat ou d’un camping.

Autres conditions :

  • Le logement doit avoir fait l’objet d’une signature de bail ou d’une convention d’occupation et doit être occupé en lien avec le travail saisonnier.
  • L’activité de saisonnier doit s’être déroulée pendant l’état d’urgence sanitaire.

  À noter : Si vous êtes employeur, vous pouvez informer vos collaborateurs de l’existence de ce service.

L’aide aux saisonniers agricoles confrontés à une baisse de revenus

De plus, les salariés relevant du régime de protection sociale agricole peuvent également bénéficier de l’aide exceptionnelle au paiement du loyer ou du remboursement de l’emprunt immobilier aux salariés confrontés à une baisse de leurs revenus .

Cette aide est de 150 €, mensuelle pendant une durée maximum de 2 mois.

Quelles sont les démarches ?

Pour bénéficier de ces dispositifs, opérationnels à partir du 30 juin 2020, le salarié peut s’adresser au service social de son entreprise ou faire directement sa demande sur www.actionlogement.fr , ou bien contacter la plateforme SOS loyers impayés au 0 805 16 00 75.

Vous pouvez également bénéficier d’un accompagnement personnalisé, gratuit et confidentiel, au 09 70 800 800 ou depuis le site, auprès d’un conseiller social qui identifiera les solutions concrètes à mettre en œuvre : dispositifs de droit commun, aides financières, hébergement d’urgence, orientation vers des partenaires spécialisés…

  À savoir : Ces mesures viennent compléter celles déjà mises en place pour aider les personnes fragilisées par les conséquences de la situation sanitaire, avec notamment le dispositif de chômage partiel, l’aide exceptionnelle de solidarité pour les familles modestes, les chèques services pour les personnes les plus précaires ou encore l’aide aux impayés de loyers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *