Aller au contenu

Vigipirate : 3 niveaux d’alerte face à la menace terroriste

Le plan Vigipirate est porté au niveau « Urgence attentat » sur l’ensemble du territoire national depuis le 29 octobre 2020. Il s’agit du plus haut niveau d’alerte du dispositif de lutte contre le terrorisme. Service-Public.fr vous rappelle les trois niveaux d’alerte du plan Vigipirate : « Vigilance », « Sécurité renforcée – Risque attentat », « Urgence attentat ».

Vigilance

Ce niveau correspond à la posture permanente de sécurité valable en tout lieu et en tout temps et à une série de 100 mesures permanentes de sécurité comme la surveillance des transports et des lieux publics ou le contrôle des accès aux sites publics.

Sécurité renforcée – Risque attentat

Ce niveau est déclenché en cas de niveau élevé de la menace terroriste. Il touche l’ensemble du territoire ou cible une zone géographique ou un secteur d’activité particulier et n’a pas une limite de temps définie. Il prévoit le renforcement des mesures permanentes de sécurité et l’activation de mesures additionnelles selon les domaines concernés par la menace (aéroports, gares, lieux de cultes…).

Urgence attentat

Ce niveau est activé en cas de menace d’attaque terroriste imminente ou à la suite immédiate d’un attentat. Cet état de vigilance et de protection maximal est mis en place pour une durée limitée à la gestion de crise sur l’ensemble du territoire national ou sur une zone géographique délimitée. Il permet notamment d’assurer la mobilisation exceptionnelle de moyens, mais aussi de diffuser des informations susceptibles de protéger les citoyens dans une situation de crise (fermeture de certaines routes et des transports publics…).

Se préparer, prévenir, réagir, gérer

L’ensemble du dispositif Vigipirate présenté par le Secrétariat général de la Défense et de la Sécurité nationale (SGDSN) comprend également d’autres informations pour :

  • se préparer (connaître la configuration des lieux de vie et des sites fréquentés habituellement, identifier les sorties de secours, observer son environnement notamment dans les lieux de forte affluence, connaître les numéros d’urgence, se former aux gestes de premier secours…) ;
  • prévenir (signalement des cas de radicalisation, prévention de passage à l’acte violent et signalement de situations suspectes) ;
  • réagir (que faire en cas d’attaque armée, de cyberattaque ou encore d’attaque avec un produit toxique) ;
  • gérer l’après attentat (témoin ou victime d’une attaque terroriste).

  À savoir : Le plan Vigipirate contient 300 mesures concernant 13 domaines d’action :

  • alerte et mobilisation ;
  • rassemblements ;
  • installations et bâtiments ;
  • installations et matières dangereuses ;
  • cybersécurité ;
  • secteur aérien ;
  • secteur maritime et fluvial ;
  • transports terrestres ;
  • santé ;
  • chaîne alimentaire ;
  • réseaux (communications, eau, électricité, hydrocarbures, gaz) ;
  • contrôles aux frontières ;
  • protection des ressortissants et des intérêts français à l’étranger.

Pour en savoir plus

Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *